Réouverture progressive de nos agences et centres de formation à partir du 11 mai 2020 dans le respect des règles sanitaires.
En savoir plus.
21 juin 2012

Ethylotest obligatoire à partir du 1er juillet 2012

Pour promouvoir auprès de chaque conducteur l’auto-contrôle de son alcoolémie, la France rend obligatoire, à partir du 1er juillet 2012, la détention d’un éthylotest par le conducteur d’un véhicule à moteur, mais la sanction (11 €) n’entrera en vigueur qu’à partir du 1er novembre 2012

L’alcool est depuis 2006 la première cause de mortalité sur les routes. En 2011, 1 150 vies auraient été sauvées si aucun conducteur n’avait conduit avec une alcoolémie non autorisée. L’excès d’alcool représente près d’un tiers des personnes tuées sur nos routes, un taux pratiquement inchangé depuis 10 ans. Ce taux est bien supérieur à celui constaté par exemple en Angleterre (17%) ou en Allemagne (10%), alors que la consommation d’alcool par habitant est quasi-identique à celle de notre pays. La séparation entre alcool et conduite y est mieux respectée.

Faire de l’auto-contrôle un nouveau réflexe

Dès le 1er juillet 2012, tout conducteur d’un véhicule terrestre à moteur doit disposer d’un éthylotest à bord de son véhicule. Cette mesure concerne les automobilistes, les conducteurs de quadricycles lourds (+ de 50 cm³), les conducteurs de poids lourds et les motocyclistes. Seuls les cyclomotoristes (2 ou 3 roues ne dépassant pas 50 cm³) et les conducteurs d’un véhicule déjà équipé d’un éthylotest anti-démarrage (notamment les conducteurs de transport de passagers) sont dispensés de cette obligation.

Il s’agit de changer les mentalités en incitant chacun à s’auto-contrôler quand il a un doute sur son alcoolémie. C’est aussi un message lancé aux proches du conducteur pour qu’ils deviennent acteurs de la sécurité routière et l’incitent à vérifier qu‘il n’a pas dépassé le taux légal autorisé de 0,5 g/l de sang (0,25 mg/l d’air expiré).

L’obligation de toujours disposer d’un éthylotest fait partie d’un ensemble de mesures préventives destinées à lutter contre l’alcool au volant notamment : l’éthylotest anti-démarrage dans les autocars transportant des enfants, la mise à disposition d’éthylotests dans les boîtes de nuit et la possibilité pour les juges de condamner l’auteur d’un délit lié à l’alcool à faire installer un éthylotest anti-démarrage dans son véhicule.

Des vies épargnées pour moins de 2 €

L’éthylotest peut être chimique ou électronique, au choix du conducteur. Dans les deux cas, il doit répondre à des normes dont le respect est garanti par la marque NF.

L’éthylotest chimique doit être non périmé (un éthylotest est valable deux ans, sa date de péremption figure sur son emballage) et non déjà utilisé. Le coût habituellement constaté d’un tel éthylotest est compris entre 1 et 1,5 €. Il est également possible d’acheter un package commercial de plusieurs éthylotests, offrant l’avantage pour chaque conducteur de toujours disposer d’un éthylotest dans son véhicule, même après utilisation.

Le conducteur peut trouver un éthylotest électronique portatif à partir de 100 €.

Ces dispositifs sont en vente dans de très nombreux points de vente, que ce soit dans la grande distribution comme dans le commerce de détail.

Amende de 11 € à partir du 1er novembre 2012

L’absence d’éthylotest dans un véhicule sera sanctionnée d’une amende de 1ère catégorie d’un montant de 11 €. Cette sanction n’entrera en vigueur qu’à partir du 1er novembre 2012.

Voir la vidéo

Pour en savoir plus : www.securite-routiere.gouv.fr