Accueil > Formation pro > Les métiers > Transport > Transporteur public routier de marchandises

imprimer cette page Favoris et partage

Transporteur public routier de marchandises

Son rôle

Le transporteur public routier de marchandises achemine au moyen d’un camion toutes sortes de marchandises, pour le compte de clients, afin de mener celles-ci à destination, en bon état et dans les délais impartis.

Le transport routier de marchandises est intégré dans la chaîne logistique qui permet la mise à disposition des marchandises au client final, au moindre coût et dans les conditions prévues.

Cette activité est très réglementée du fait des risques qu’elle présente.

Qualités requises

Le transporteur public routier de marchandises doit faire preuve de rigueur et d’efficacité afin de garantir les impératifs de livraison. Il doit être capable de réagir rapidement face aux impératifs clients et savoir s’organiser en conséquence.

Une parfaite connaissance des réglementations, de la gestion analytique et financière et de l’exploitation est indispensable. La pratique d’une langue étrangère peut s’avérer nécessaire.

Lieux et conditions d’exercice

Le transport public routier de marchandises est une activité du secteur tertiaire. 80% des effectifs travaillent sur les quais (personnel de conduite) et 20% dans des bureaux (personnel administratif).

Du point de vue géographique, les entreprises de transport sont presque toujours situées aux carrefours des échanges : à proximité ou sur des plates-formes de transport intermodales (lieux de rupture d’attelage ou de charge), monomodales (centre routier) voire multimodales (ports, aéroports).

Formations dispensées par ECF

S’installer ou développer une activité de transport public routier de marchandises, nécessite de s’inscrire au registre des transporteurs tenu par la DREAL. L’inscription à ce registre est obligatoire dès que le transport est réalisé à l’aide d’un véhicule motorisé (voiture, cyclo, camion).

Pour l’inscription trois conditions doivent être réunies : honorabilité, capacité financière et capacité professionnelle. La condition de capacité professionnelle constitue le principal sésame pour accéder à la profession. Elle considère différemment:

  • Ceux qui ne souhaitent exploiter qu’exclusivement à l’aide de véhicules n’excédant pas 3,5 tonnes de PMA et qui peuvent obtenir le justificatif de capacité (simple et rapide)
  • Ceux qui souhaitent exploiter à l’aide de véhicules de tous tonnages (y compris à l’aide de véhicules > 3,5 tonnes de PMA) et qui doivent obtenir l’attestation de capacité (plus ou moins long suivant le prérequis du candidat)

Justificatif de capacité (marchandises)

Il peut s’obtenir de deux manières :

  • Soit par équivalence d’un baccalauréat professionnel « exploitation des transports ». Il faut le solliciter auprès de la DREAL
  • Soit, en suivant avec succès un stage de 10 jours dans un centre ECF agréé (voir la fiche formation justificatif de capacité)

Attestation de capacité (marchandises)

Elle peut s’obtenir de trois façons :

1.      Par équivalence de diplôme :

•  Un diplôme ou titre de niveau 3 (bac + 2) option « transport » et reconnu comme équivalent  par le législateur (par exemple : le BTS transport).

•  Ou un diplôme ou titre de niveau 3 autre que transport (exemple : commercial). A cela il faut que le candidat puisse justifier avoir exercé à des fonctions d’encadrement dans une entreprise de transport pendant 1 an au moins (activité ne remontant pas à plus de 3 ans). Cette expérience professionnelle peut être remplacée par un stage de 10 jours en réglementation dans un centre ECF agréé (voir la fiche formation attestation de capacité marchandises - équivalence module réglementation). La DREAL, au vu du diplôme présenté préalablement à toute entrée en formation, peut aussi demander à ce que le candidat suive en plus un autre stage de 10 jours en gestion et exploitation (voir la fiche formation attestation de capacité marchandises - équivalence module gestion). Sur ce dernier point, c’est systématiquement le cas lorsque le référentiel du diplôme ou du titre comporte moins de 200 heures de gestion.

•  Un baccalauréat professionnel « exploitation des transport », donne la possibilité d’obtenir l’attestation de capacité par équivalence. Mais il faut que le candidat puisse justifier avoir exercé à des fonctions d’encadrement dans une entreprise de transport pendant 1 an au moins (activité ne remontant pas à plus de 3 ans). Cette expérience professionnelle peut être remplacée par un stage de 10 jours en gestion dans un centre ECF agréé (voir la fiche formation attestation de capacité marchandises - équivalence module gestion).

Attention ! L’entrée en stage d’équivalence est réglementée par la DREAL : Seuls les candidats en possession du courrier de cette administration les y autorisant, peuvent intégrer la formation.

2- Par équivalence d’expérience professionnelle :

Une personne non titulaire d’un diplôme ou d’un titre admis en équivalence peut faire valoir son expérience professionnelle. Mais elle doit pouvoir justifier avoir exercé à des fonctions de direction dans une entreprise de transport routier pendant au moins 5 ans (activité ne remontant pas à plus de 3 ans). La personne doit solliciter la DREAL pour demander son passage devant la commission consultative régionale.

Elle doit se préparer à l’examen oral que cette commission lui fera passer. Les candidats peuvent s’y préparer dans un centre ECF (voir la fiche formation attestation de capacité marchandises - préparation à la commission).

La commission délibère soit, en attribuant l’attestation de capacité, soit en demandant au candidat de suivre un stage d’équivalence en réglementation (voir la fiche formation attestation de capacité marchandises - équivalence module réglementation) et/ou en gestion (voir la fiche formation attestation de capacité marchandises - équivalence module gestion), soit elle considère le candidat n’étant pas au niveau requis et celui-ci devra suivant son choix, passer l’examen national. Il n’y a pas de rattrapage ni de second passage devant cette commission.

3- Par l’examen national annuel :

A défaut de pouvoir accéder aux possibilités d’obtention par équivalence toute personne peut se présenter à l’examen national d’attestation de capacité (écrit de 4 heures). Les candidats peuvent s’y préparer dans un centre ECF (voir la fiche formation attestation de capacité marchandises - voie de l'examen).

Évolutions possibles

Autres intitulés du métier

  • Transporteur de fret
Trouvez votre centre